GEDA Ardennes-Marne

Mot du Président

La Ressource Humaine est une Richesse,

Après l’épisode pandémique que nous venons de vivre plus que jamais cette affirmation prend du sens.

Et nous pouvons être fiers au GEDA Ardennes-Marne de l’avoir choisi comme identité.

Derrière les soignants, les forces de l’ordre, les éboueurs… C’est chaque individu qui doit être remercié, applaudi pour la façon dont il a contribué à maintenir un état sanitaire acceptable et à accompagner les plus fragiles.

Pourtant ce que nous vivons depuis quelques jours, tant dans l’économie classique que dans l’économie sociale et solidaire nous laisse douter de la capacité que notre « système » à se souvenir et à préserver dans la durée cette Richesse qu’est la Ressource Humaine.

Des emplois précaires sont supprimés, les contrats précaires ne sont pas renouvelés et les plans sociaux sont légions.

La Richesse reconnue par tous pendant la crise, la Richesse honorée, glorifiée… est devenue, redevenue une Charge qu’il faut réduire en sacrifiant quelques Ressources Humaines sur l’autel d’une certaine vision de l’économie réduite aux notions de valeur ajoutée, de productivité, de rentabilité…

Par la suite les élections municipales sont venues nous interpeller sur la désertion démocratique et sur notre vision de l’économie.

Si nous ne changeons pas notre mode de vie, notre rapport aux Ressources, dont la Ressource Humaine, c’est l’avenir de la Planète et de l’Humanité que nous mettons en danger.

Plus que jamais l’utilisation de toutes les RESSOURCES, de chaque RESSOURCE doit être repensée, y compris celle du capital qui ne peut pas indéfiniment être capté et mobilisé par quelques-uns qui décident de son utilisation dans le seul but de le faire fructifier et de le conserver.

Pendant le confinement les citoyennes et les citoyens ont découvert qu’en se rapprochant les uns des autres, qu’en mettant en synergie l’ensemble des énergies, des solutions à une crise inédite pouvaient émerger et parfois même rendre les gens plus heureux qu’AVANT. Avec l’espoir que ces expériences se poursuivent APRÈS.

Ces expériences n’ont pas été le fruit de l’intelligence artificielle, d’une robotisation à l’extrême, d’une dématérialisation absolue… Elles ont été le fruit de la RESSOURCE HUMAINE qui a su conjuguer à tous les temps et par tous les temps la SOLIDARITÉ.

Au-delà de la convivialité et des réseaux de solidarité, ces expériences se sont traduites par la mise en commun de connaissances, d’expériences, de savoir-faire.

C’est le cas notamment des entreprises qui ont su adapter leur production aux besoins du moment : l’agilité a été humaine !

C’est le cas aussi de tous les circuits courts qui ont permis à des producteurs locaux de mettre en commun leurs circuits, leurs intelligences.

Pendant la période de confinement la SOLIDARITÉ s’est traduite par une MUTUALISATION des savoir-faire, des compétences, des intelligences, cette mutualisation permettant de donner sens à l’adage qui veut que seul on va vite mais qu’à plusieurs on va plus loin.

Mais au fait, MUTUALISATION, ça ne vous dit rien ? C’est l’essence même d’un groupement d’employeurs tel que le conçoit le GEDA Ardennes-Marne…

MUTUALISATION, non pas pour le plaisir mais pour le DÉVELOPPEMENT ASSOCIATIF !

MUTUALISATION des EMPLOIS car c’est la RESSOURCE HUMAINE qui est la force vive de nos associations et de nos collectivités, c’est elle, qu’elle soit bénévole ou salariée, qui nous permet de se créer, d’exister, de se développer. Et c’est son absence ou sa mauvaise utilisation qui provoque nos essoufflements, nos difficultés.

La Ressource Humaine est une Richesse,

Véritable enjeu qui aujourd’hui plus qu’hier prend tout son sens.

Si chacun d’entre nous continue de voir « midi à sa porte » il faut refermer celle-ci et garder en nous-même notre énergie, continuer à cultiver notre « pré carré » en installant toutes les frontières possibles pour le préserver et en évoquant toute bonne raison pour éviter de travailler avec les autres associations, avec les collectivités. Le glossaire de ces raisons n’aurait rien à envier à l’un de nos plus gros dictionnaires !

Mais si nous acceptons d’ouvrir notre horizon, si nous acceptons d’apprendre ce qui nous entoure, si nous acceptons de travailler en partenariat, si… Alors les structures de l’Économie Sociale et Solidaire peuvent être le socle sur lequel pourront s’appuyer l’ensemble des femmes et des hommes qui n’ont pas envie que l’APRÈS redevienne l’AVANT.

Et le GEDA AM dans tout cela ?

"La Ressource Humaine est une Richesse" est notre credo laïc. Mais cette ressource ce n’est pas nous, dans nos locaux à Reims et à Charleville-Mézières qui en avons besoin.

Cette Richesse ce sont bien les adhérents mais aussi chaque association et chaque collectivité qui en a besoin pour exister, pour se renforcer, pour aller plus loin dans les services rendus, dans la réalisation de son projet, dans la réponse aux besoins sociaux.

Le GEDA AM est un outil au service du développement associatif, et comme tout outil il n’est utile que si l’on s’en sert, il n’est efficace que si on l’entretient. Croire que c’est utile ne suffit pas, ne suffit plus. Il faut passer à l’acte et utiliser votre outil qu’est le GEDA AM.

Mais à quoi sert cet outil ?

Il ne sert que s’il y a de la matière à façonner, c’est-à-dire des emplois précaires et/ou à temps incomplets qui peuvent être mutualisés.

Il ne sert que s’il y a une volonté de l’association ou de la collectivité de ne pas faire peser le poids de de la précarité sur les seules épaules de la personne salariée, de la Ressource Humaine utilisée comme variable d’ajustement, comme victime d’une logique budgétaire et financière.

Il ne sert que si vous acceptez de mobiliser un peu de « capital » pour permettre la mutualisation de ces emplois afin de permettre à la personne salariée d’être en CDI avec la perspective d’un temps plein.

Il ne sert que si nous avons réussi à vous convaincre qu’un emploi précaire et/ou à temps incomplet dans votre association ou votre collectivité, occupé par un salarié en CDI, porté par le GEDA AM c’est la garantie :

  • D’un recrutement sécurisé grâce à l’expertise en la matière de l’équipe des salariés permanents du GEDA,
  • D’un salarié qui pourra monter en compétences grâce aux formations qui lui seront proposées par le GEDA, qui pourra vous faire bénéficier de son vécu dans les autres structures, voire vous proposer des collaborations,
  • D’un salarié qui n’aura pas envie de partir parce que l’on lui propose « quelque chose de mieux ailleurs »,
  • D’un salarié qui sera « bien dans sa peau » car sécurisé par rapport à son avenir professionnel, et donc personnel, qui pourra se projeter sans avoir peur d’un lendemain où l’APRÈS sera identique ou pire que l’AVANT.

Certes cela a un coût car le GEDA AM ne vit que grâce à ses adhérents, c’est le coût d’un investissement humain d’avenir. Puisque le GEDA AM ce n’est que ses adhérents, ce sont eux qui ont le pouvoir de décision par l’Assemblée Générale et l’élection des administrateurs.

Mais ce coût ne sert qu’à valoriser, à faire fructifier une Richesse, celle de la Ressource Humaine.

À chacun d’entre vous, à chacun d’entre nous d’engager rapidement au sein de son association, de sa collectivité, une réflexion sur la place accordée à la Ressource Humaine.

Après cette réflexion, votre approche du GEDA AM sera peut-être un peu plus qu’un regard « sympathique » et, peut-être, vous nous rejoindrez pour que les associations et les collectivités s’engagent vivement dans la refondation du monde d’après, celui où tout en préservant la planète la RESSOURCE HUMAINE devienne, redevienne la véritable RICHESSE de celle-ci.

 

Dominique LEDEMÉ
Président du GEDA AM